Aquaman : le renouveau de Warner et DC au cinéma ?

Mercredi sortira en salle Aquaman. Après l’échec de Batman V Superman et Justice League, va-t-il sauver Warner du naufrage ?

Notre avis 

Re-contextualisons un peu. Suite à l’échec (relatif) de Batman V Superman, Warner Bros chamboule complètement les plans pour Justice League, mettant en péril l’intégrité artistique et financière du projet. D’aucun diront que les producteurs ont sabordés le projet. Ils profitèrent d’un drame personnel vécu par Zack Snyder pour le débarquer du projet en cours et le remplacer par Joss Whedon. Lequel, assez naïvement, a cru qu’il aurait plus de liberté que chez Marvel. Et c’est donc dans un film hybride, patchwork de styles et de scénarios, que notre ami Aquaman a fait son apparition.

Arthur Curry, version Jason Momoa, est le fruit de l’union shakespearienne entre la reine des Atlantes, Atlanna, et un gardien de phare, Thomas Curry. Constamment partagé entre ses deux origines, il va devoir assumer son héritage, ses responsabilités et unir les deux mondes. Il sera aidé en cela par Mera, jouée par l’excellente Amber Heard. Mais il devra faire face à différentes menaces. Entre autre, il devra confronter son demi-frère, Ocean Master, bien que d’autres menaces, plus insidieuses, pointent doucement le bout de leurs nageoires. Maintenant que tout cela est posé, entrons un peu dans les détails.

Aquaman et Mera
Aquaman, Mera et tout le cast de cet excellent film

Globalement, Aquaman est un film du calibre qualitatif de Wonder Woman. Après la séquence constituée de Man of Steel, Batman V Superman et Justice League, il était temps que Warner tire, au moins, quelques leçons de ses erreurs. Dès 2016, Geoff Johns, grand architecte de la période moderne de DC Comics, à l’origine des plus belles pages récentes de Flash, Aquaman, Green Lantern et bien d’autres, est nommé à la tête de DC Films. L’objectif pour Warner est de redorer son image auprès des fans. Assez faible au départ (cf Suicide Squad), son influence sur les projets en cours de production est devenue de plus en plus importante. Il a été, par exemple, co-scénariste sur Wonder Woman. Il reprendra, d’ailleurs, ce poste sur Wonder Woman 1984. Et le film Aquaman est basé sur la version du personnage que Geoff Johns a écrit pour les comics DC. Et, précisément, Wonder Woman et Aquaman partagent ce même respect pour le personnage qu’ils présentent.

Geoff Johns est l’un des récents papa d’Aquaman
Geoff Johns a modernisé Aquaman dans les comics.

En effet, dans Aquaman, il est difficile de ne pas se sentir projeté dans les pages des meilleurs arcs narratifs écrits pour ce personnage. Le scénario explore la psyché de l’atlante, constamment partagé entre deux mondes, et l’on ressent immédiatement de l’empathie pour lui. Son côté badass, brillamment joué par Jason Momoa, ne masque pas une profondeur réelle, et des blessures qui affleurent assez rapidement. À ses côtés, Amber Heard réussit à imposer Mera comme étant plus qu’un love-interest : elle est le phare émotionnel du héros. Elle est celle sans qui Aquaman ne pourrait avancer et affronter les épreuves de sa quête initiatique. D’autant que, face à eux, se dresse Ocean Master, roi illégitime d’Atlantis, demi-frère d’Aquaman, et qui ne rêve que de la conquête du monde de la surface. Si Aquaman partage des traits de caractère avec Thor, alors Ocean Master est en quelque sorte son Loki. Patrick Wilson (saga Conjuring) lui prête ses traits, son charisme et son talent. Et tout le reste de la distribution est au niveau.

Amber Heard, Le joyaux d’Aquaman
Amber Heard est une fantastique Mera !

Tout ces personnages sont efficacement mis en scène par la réalisation de James Wan. Le papa de Saw et Conjuring apporte sa patte graphique, son style et une vraie vision d’auteur. Il se permet de varier les ambiances graphiques, allant du fantasmagorique à l’horreur, en passant par l’action débridée (notamment un plan séquence d’action pure de presque cinq minutes dont le résultat, meilleur que dans la bande-annonce, est ébouriffant). Compte-tenu du rythme, quasi-industriel, de post-production imposé par les studios hollywoodiens aux sociétés de sfx pour ce genre de production, les effets numériques sont plutôt bons. Évidemment, les fonds verts restent passables, mais certaines séquences dans les mondes sous-marins sont vraiment dépaysantes.

James Wan nous entraîne dans les profondeurs d’Aquaman
James Wan insuffle un vrai souffle à Aquaman.

Conclusion

Aquaman est un bon film de super-héros, à l’image de ce qu’était Wonder Woman. Ni plus, ni moins. Il fait très bien la jonction entre Justice League, et une nouvelle façon de concevoir les films. Une façon beaucoup plus tournée vers les personnages, héros comme vilains, et moins tournée vers l’obsession du modèle « Marvel Studios ». Certes, Shazam va apporter de l’humour potache en 2019, mais cet humour est inhérent à ce qu’est Shazam dans les comics. Wonder Woman 1984 va devoir confirmer le succès du premier. Et Le Joker va avoir comme mission de présenter le vilain le plus emblématique des comics sous un nouveau jour. Vivement l’an prochain !

Laurent

Musicien, passionné de jeux vidéo et de cinéma fantastique.

2 pensées sur “Aquaman : le renouveau de Warner et DC au cinéma ?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.