« Étoiles Perdues » de Claudia Gray (roman Star Wars)

Lost Stars, ou Étoiles perdues, marque la première incursion de Claudia Gray dans une galaxie lointaine, très lointaine.

Ce roman fait partie de la série intitulée Voyage vers Star Wars : Le réveil de la Force (Journey to Star Wars : The Force Awakens) lancée en septembre 2015 par les presses de Disney/Lucasfilm afin de créer, aux travers de la publication de nombreux romans, nouvelles et comics, une passerelle entre les épisodes VI et VII et donc de préparer au mieux la sortie du film de J.J. Abrams ; tout en développant encore plus le nouvel univers canon (qui regroupe, pour rappel, toutes les œuvres parues après le rachat de la franchise par Disney auxquelles ont été rajoutées les deux trilogies bien évidemment, ainsi que le film Clone Wars, la seconde série du même nom, et le comics Darth Maul : Son of Dathomir).

Claudia Gray (ou Amy Vincent pour l’état civil et les impôts) est une auteure américaine qui s’est forgée un nom dans le monde de l’édition Young Adult avec le succès de sa saga fantastique Evernight.

Claudia Gray

En débarquant dans l’univers Star Wars, elle amène avec elle son talent de conteuse ainsi que son art de tisser des romances crédibles. Oui, parce qu’il y aura de la romance dans cet Étoiles perdues… et bien plus encore.

Mais avant d’entrer pleinement dans ce livre paru aux États-Unis en septembre 2015 et, dans nos vertes contrées, chez Pocket Jeunesse en décembre de la même année, voyons rapidement de quoi il parle :

« Voilà huit ans que l’Empire assujettit, une après l’autre, les planètes et fait régner la terreur.
Sur Jelucan, un monde isolé de la Bordure Extérieure, les enfants sont comme partout ailleurs : intrépides, insouciants, rêveurs. Même si la hiérarchie sociale les sépare, Thane et Ciena partagent la même passion : voler. Leur amitié complice, leurs entraînements incessants les amèneront à l’école des officiers impériaux et, en grandissant, à d’autres sentiments, plus profonds…
Jusqu’à ce que la guerre les sépare, lui aux commandes d’une Aile-X rebelle, elle à bord d’un Destroyer Stellaire de l’Empire. Mais le destin réunit parfois les étoiles contraires… » 

Comme on le voit à la lecture du résumé éditeur, nous allons suivre les pas de Thane et Ciena sur une longue période. L’excellente idée du roman est, par ce biais, de proposer une relecture de nombreux évènements bien connus des fans (qu’ils soient hardcore mais aussi seulement intéressés par les films) en adoptant le point de vue des deux personnages principaux. Cela permet donc de voir la trilogie originale sous un autre jour et de croiser çà et là des grandes figures de la saga (je vous laisse le plaisir de la découverte quant à leurs identités).

Le risque aurait été de tomber dans du fan service à outrance et de sembler forcé. Claudia Gray évite brillamment cet écueil car elle reste constamment focalisée sur les deux jeunes gens, à hauteur humaine, développant et intégrant la petite histoire dans la grande sans jamais que cette dernière ne lui fasse de l’ombre.

Nous allons donc suivre le destin de Thane et Ciena de l’âge d’or de l’Empire (une dizaine d’années avant la Bataille de Yavin) à sa chute finale lors de la bataille de Jakku (un an après la Bataille d’Endor). Un destin parfaitement narré par l’auteur qui amène ce qu’il faut de souffle épique quand il le faut, tout en ménageant de nombreux moments plus intimes qui permettent aux personnages d’exister pleinement et ce, des premières pages jusqu’au bouleversants derniers chapitres.

De plus, le roman propose une autre vision de l’Empire et, surtout, des peuples qui y vivent et évoluent, rendant bien plus poreuse la frontière manichéenne que les films originaux avaient tracée.

La traduction française, que l’on doit à Nicolas Ancion et Axelle Demoulin, souligne très bien le style enlevé et impeccable de Claudia Gray, et vous emportera sans grande peine. Il faut par contre relevé l’habitude prise par l’éditeur de traduire littéralement certains termes précis dans tous les romans Star Wars. L’exemple le plus marquant étant les fameux X-Wings qui se transforment en Ailes-X. Cela peut surprendre voire même faire tiquer lecteurs et lectrices, mais on finit par s’y habituer et, quelque part, cela rend un hommage involontaire aux doublages cultes d’Un Nouvel Espoir.

Toujours est-il qu’avec ce superbe roman, Claudia Gray passe donc sans problème son baptême du feu, et il n’est pas étonnant qu’elle soit depuis devenue une des auteurs phares du nouvel univers canon, puisqu’elle a par la suite écrit Bloodline (Liens du Sang) et Leïa, Princess of Alderaan (pas encore traduit en français), deux romans dont je parlerai probablement à l’avenir dans Star Wars HoloNews et ici-même.

Actuellement, elle travaille sur Master and Apprentice (sortie prévue aux États-Unis pour le 16 avril 2019), qui mettra en scène le maître jedi Qui-Gon Jinn et son jeune padawan Obi-Wan Kenobi. Une histoire qui semble déjà très prometteuse.

En attendant, je ne peux que vous enjoindre la lecture de cet Étoiles perdues qui, je pense, est sans doute la meilleure – et plus belle – façon pour les néophytes de découvrir les productions littéraires du nouveau canon Star Wars.

Aventure romanesque captivante et poignante, il vous fera revoir la trilogie originale sous un tout autre regard, et colorera la grande histoire tant connue d’une teinte que vous n’aviez encore jamais vue. Et que vous n’oublierez plus.


Une pensée sur “« Étoiles Perdues » de Claudia Gray (roman Star Wars)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.