Kingdom Hearts III : Le test

Kingdom Hearts est une petite série développée conjointement entre Square Enix et Disney qui a débuté en 2002 sur Playstation 2, le tout chapeauté par un certain Tetsuya Nomura que tous les fans de Final Fantasy connaissent bien. Après 11 épisodes en 10 ans dont un Kingdom Hearts 2 sortie fin septembre 2006 en France complètement fou, Square et Disney ont enfin sortie l’épisode tant attendu qui doit conclure l’arc Xehanort débuté il y a 17 ans.

Un jeu pour les fans et un peu pour les autres

Le jeu nous met une fois de plus dans la peau du jeune Sora qui voyage à travers différent mondes de Disney, accompagné de ses acolytes de toujours Donald et Dingo à la recherche des gardiens de la lumière et du pouvoir de l’éveil qu’il a perdu il y a maintenant pas mal d’épisodes afin de contrer les plans de Maître Xehanort et de son organisation 13.

Pour qui n’y connait rien à la série, ce petit résumé au dessus ne voudra strictement rien dire et en jeu, tous les passages relatant cette intrigue seront à la limite de l’abstrait. En effet le jeu se compose en deux parties. La première qui fera plaisir à tout le monde car se passant dans les mondes de Disney allant de Hercule (encore et toujours) à la Reine des neiges en passant par Raiponce, Monstre et compagnie ou Pirate des Caraïbes. Dans chacun de ces mondes, nous suivrons soit l’aventure d’un des films soit parfois une intrigue totalement nouvelle comme pour Toy’s Story par exemple. Bien sûr, à chaque fois les grands méchants de la série de Kingdom Hearts feront une petite incursions mais sans jamais avoir une grande incidence dans l’histoire générale. Seul les passages à la fin de chaque mondes font avancer correctement l’histoire du jeu.

Ceux n’ayant rien suivit de l’intrigue ou ne s’intéressant uniquement qu’à Disney peuvent s’arrêter avant l’acte final, car une fois fini le dernier monde Disney, le jeu se concentre uniquement sur l’histoire qui à été développée et enrichie à travers chaque épisodes sortis. Si l’on est pas à jour dans les événements passés, on passera à côté de toute la folie du récit. Fini les mondes Disney et leurs personnages, ne restera que Mickey, Donald et Dingo entourés de tous les personnages créés par Nomura. On fonce alors dans un tunnel narratif et d’action de 6 heures environ où pratiquement toutes les questions laissées en suspens trouvent leurs réponses. Il est fortement conseillé de se mettre à jours avant de lancer le jeu (la meilleur solution reste encore les compiles 1.5/2.5 et 2.8 sorties uniquement sur Playstation 4 malheureusement). Pour ceux qui auraient la flemme de les refaire tous, il existe des vidéos sur internet qui retracent plutôt bien l’histoire ou pour les lecteurs, l’excellent « La Legend Kingdom Hearts, volume 2 » chez Third édition qui s’attardent justement sur l’histoire des jeux (peut-être la deuxième meilleur solution). On pourra d’ailleurs reprocher se découpage narratif

On s’y croirait presque

L’un des plus gros points fort de Kingdom Hearts III est sa qualité graphique et le respect des mondes Disney que l’ont travers. C’est simple, on se croirait dans les films. Que ce soit pendant les phases de gameplay où nous évoluons dans des environnement très beaux, et plus grand qu’à l’époque même si toujours un peu vide. Les fans de mondes ouverts pourront repasser la structure des mondes reste très similaire aux anciens jeux. Seul Pirate des Caraïbes se veut un monde bien plus ouvert même s’il reste très petit au final.

Chaque monde est un peu comme une grande attraction d’un parc Disney.

Mais là où l’on se prend une énorme claque, c’est dans la qualité des scènes en CGI tout simplement bluffantes. Elles font partie de ce qui ce fait de plus beau actuellement. C’est si beau que ça en devient pratiquement indiscernable avec les oeuvres originales, y compris avec le film Pirates des Caraïbes où les acteurs des films sont à la limite du photo réalisme.

Un gameplay riche mais imparfait

Le gameplay et son système de combat contribue un peu plus à ce sentiment de grande attraction. Dès le début du jeu, les combats se veulent très impressionnants. On assiste d’emblée à un déluge d’effets visuels vraiment très classes. Notre Keyblade (arme des héros) peut changer de forme après plusieurs coup portés afin de donner accès à des nouveaux combos plus puissants et à un finish parfois spectaculaire suivant la Keyblade que l’on possède. En avançant dans le jeu, on débloque de nouvelles Keyblade qui pourront ensuite être assigné jusqu’à trois afin d’en changer en plein combat afin de varier les attaques.

Ajouté à ça la possibilité d’effectuer des attaques combinées avec nos coéquipiers, débloquer une ou plusieurs attaques magiques évoluées en enchaînant les combos, déverrouiller des attractions tirées des parcs Disney extrêmement puissantes et quelques invocations comme Simba du Roi Lion ou Ariel de la Petite Sirène. Autrement dit, on s’amusera dès le début, les combats se voulant beaucoup plus arcades, mais on perd du coup la profondeur qui avait été implanté avec Kingdom Hearts 2 et surtout Birth by Sleep. C’est un peu regrettable malheureusement mais on si fait rapidement. On finira quand même par être lassé des attractions, trop longues, pas très amusantes à jouer et peu nombreuses. idem des invocations. On regrettera aussi la diminution du nombre de magies disponibles et d’attaques spéciales qui avait littéralement explosé dans Birth by Sleep.

Il y a aussi quelques mini jeux présents comme la possibilité de créer des plats à l’aide d’un ras bien connu qui donneront des bonus intéressant (coucou FF15). On pourra aussi participer à la chasse aux emblèmes de Mickey qui permettront de débloquer la scène secrète (donc indispensable). Le vaisseau gummi est toujours présent et le choix fait pour atteindre les différents mondes plaira à certains et moins à d’autres. A défaut d’être joli et plus ouvert que dans le passé, ce n’est toujours pas très captivant de se balader dans ces minis mondes ouverts.

Verdict : Indispensable pour les fans, conseillé malgré tout pour les autres

Kingdom Hearts 3 est malgré ses quelques problèmes un jeu extraordinaire pour qui est fan de la série et pour les non initiés aussi s’ils décident de se faire violence pour tout comprendre. On répond enfin à toutes les questions laissées en suspend et ça clos en beauté l’arc narratif lancé avec Kingdom Hearts il y a 17 ans. A côté de ça le jeu est très plaisant à parcourir et extrêmement beau et les combats sont explosifs et ultra impressionnants grâce au déluge d’effets visuels.

La scène post générique remet sur le devant une intrigue débutée dans le jeu et presque oubliée une fois arrivé à la fin sans rien expliquer pour autant et nous laissant nous poser plein de nouvelles questions.

Enfin, la scène secrète à débloquer avec les emblèmes est elle, complètement folle et ouvre la voie de tous les possibles. Et je n’en dirais pas plus.

Juste un mot encore.

Épique

Shin

Passionné de jeux vidéo japonais, fan de j-rpg et Nintendo sexuel !!! J'aime aussi le MCU, le DCCU (oui, j'assume), les comics et les mangas. Il m'arrive aussi de lire des livres sans images. Je n'ai pas ma langue dans la poche, je suis toujours sincère à dire ce que je pense.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.