La Nintendo Switch, la console de salon, mais portable

Annoncée officiellement en novembre 2016 à travers une vidéo de présentation de 3mn, Nintendo montre enfin au monde entier la Switch. Console hybride, pouvant être joué aussi bien sur la télé qu’en mode portable, Nintendo frappe un grand coup en fusionnant les deux secteurs. Et c’est le 3 mars 2017 qu’est sortie mondialement la Switch. Grâce à une super com de la part de Nintendo et un jeu hors norme, les records de ventes ont été explosés partout dans le monde dans les 3 premiers jours.

[youtube https://www.youtube.com/watch?v=EEmNofPNHTI]

La bête 

La Nintendo Switch
La Switch, c’est juste ça, toute la puissance se trouve dans cette petite tablette.

Première chose qui frappe, la taille de la boîte. Elle est toute petite et légère. Et lorsqu’on l’ouvre, on est directement accueilli par la console elle même, posé dans son emballage, les joycons à côté. La séduction est immédiate. Une drague dans les règles.

L’écran est un tactile capacitif très réactif. Il mesure 6.2 pouces et affiche du 720p. Une fois dans le dock, la console upscale sur télé en 1080p.

On retrouve évidemment les câbles hdmi et secteurs. À noter que la console se connecte en USB-C, nouvelle norme qui remplacera à terme l’USB 3. Il y a aussi le Dock qui permet l’affichage sur la télé, deux dragonnes pour les joycons et un joygrip (oui les noms c’est la « Joy »  😁) qui permet, en glissant les deux joycons dedans d’avoir une manette plus traditionnelle.

La puissance de la Switch

Nintendo n’a pas misé sur une puissance capable de rivaliser avec la concurrence. Elle est un peu moins puissante qu’une Xbox one mais bien plus que la Wii U. Elle dispose de 32go de mémoire flash, mais ce n’est pas vraiment un problème car les jeux ne nécessitent aucune installation à la différence des Ps4/One. Par contre, si vous comptez les prendre sur le store, là ça risque d’être vite tendu mais la console étant compatible avec les cartes sdhc/sdxc allant jusqu’à 2TO, il sera possible d’agrandir la mémoire facilement.

Les joycons de la Switch

Ils sont tout petit petit

Les joycons sont des petites manettes (vraiment petites) qui peuvent être utilisées séparément comme 2 manettes ou un dans chaque main comme le combo wimotte nunchuk de la Wii. Accrochées au joygrip, ou couplées directement à l’écran pour transformer la Switch en console portable.

Mais ces petits joycons renferment un condensé de technologie. Gyroscope, accéléromètre, caméra infrarouge à détecteur de mouvement, puce NFC (pour les amiibos). Sans oublier le gros plus, le HD rumble ou vibration HD qui apporte une précision jamais ressentie dans les vibrations. Il y a aussi un bouton de capture de photo qui anéanti complètement la concurrence.

L’OS de la Switch

Un OS simple, sobre et efficace

L’os est sobre, simple (trop diront certain) mais efficace. Il ne s’encombre pas d’effets visuels superflus, tout juste des petits sons très agréables. Nintendo a appris de ses erreurs. Finis les temps de chargements entre les menus ou même pour revenir au menu Home depuis le jeu (et vice versa). Elle est tellement rapide qu’elle renvoie à l’âge de pierre  la concurrence. La mise en veille est elle aussi extrêmement rapide, y compris depuis un jeu gourmand comme Zelda. Et lorsqu’on la rallume, là encore, c’est pratiquement instantané, on reprend la partie là où on s’était arrêté, sans aucun chargements. 

La vibration HD de la Switch

[youtube https://www.youtube.com/watch?v=j7p47TOmicQ]

Les vibrations HD sont le gros plus des manettes. C’est pas grand chose mais c’est vraiment très impressionnant. Et pour les tester, quoi de mieux que de lancer « One Two Switch », vendu bien trop cher (50€), c’est une vingtaine de mini jeux qui exploite les joycons ainsi que les fameuses vibrations. En y jouant, on passe clairement pour deux cons à se regarder dans les yeux (la télé ne sert pas à grand chose pour le coup) à faire des gestes parfois ambigus. Fou rire garanti pour ceux qui les regardes.

Il y a un mini jeu par exemple dans lequel chaque joycon représente une petite boite dans laquelle un certain nombre de bille se trouve. Notre but, compter combien il y en a dedans juste en les faisant rouler, cogner les parois, voir s’entrechoquer On ressent jusqu’au roulis des billes. Et c’est vraiment bluffant de réalisme, on en oubli presque qu’on ne tien pas une vraie boite. L’illusion est parfaite.

Les petits soucis de la Switch

Pour le moment, pas de multimédia, oubliez Netflix ou autre navigateur internet. Idem pour le streaming de sa partie et la capture de vidéos. Ça devrait arriver plus tard dans l’année. Impossible aussi de transférer ses sauvegardes sur la sd. Les futures mises à jours devraient améliorer les choses.

Il y a aussi sur certaine console des problèmes de désynchronisation du joycon gauche lorsque celui ci est utilisé seul. Des problèmes de rayures de l’écran ont été signalés lorsque l’écran est enlevé du dock, mais là, c’est pas forcément un problème de conception. Certain ne doivent pas forcément faire très attention en la glissant dans le dock. Les aléas des premières versions, pas pire qu’ailleurs.

L’autonomie en nomade est plus ou moins réduit en fonction du jeu allant de 3h en moyenne avec Zelda qui est très gourmand et pouvant aller jusqu’à 6h avec d’autres. Suivant sa façon de l’utiliser, ce n’est pas forcément un problème en soit. Surtout quand on sait qu’on peut la brancher directement au secteur ou en usb pour la recharger.

Le prix des accessoires est aussi un poil élevé. La pair de joycons supplémentaire tape dans les 80€ quand la manette pro atteint les 70€ (mais elle est vraiment super et a aussi le HD rumble).

Enfin, un début de line up pas très conséquent. Mais Nintendo ne veut pas reproduire le trou béant de sortie de jeu de la Wii U. Cette fois, leur but est de sortir au minimum un gros jeu par mois. Il ne faut donc pas s’inquiéter outre mesure.

Verdict

Le concept même de la Nintendo Switch est assez extraordinaire. Pouvoir commencer sa partie sur l’écran du salon et de pouvoir à tout moment retirer la console du dock pour la continuer en mode nomade sans aucune transition est dingue.

Nintendo joue sur la nostalgie pure en nous proposant un retour aux source, un rappel de ce qu’était les consoles de jeux vidéos à l’époque. Des consoles qui misaient tout sur le jeu, immédiat et rien d’autre. Et le fait que la console fonctionne avec des cartouches aide à diminuer encore les temps de chargements.

Si les éditeurs tiers suivent, couplés à toutes les exclusivités Nintendo, alors le succès devrait être au rendez-vous.

C’est une console prometteuse, avec un potentiel monstre, un jeu de lancement qui est déjà culte et un avenir qui risque d’être très chargé en très bon jeux. Déjà fan.

Shin

Passionné de jeux vidéo japonais, fan de j-rpg et Nintendo sexuel !!! J'aime aussi le MCU, le DCCU (oui, j'assume), les comics et les mangas. Il m'arrive aussi de lire des livres sans images. Je n'ai pas ma langue dans la poche, je suis toujours sincère à dire ce que je pense.