Les Animaux Fantastiques : seulement à moitier magique

Comme vous le savez surement, Les Animaux Fantastiques : Les Crimes de Grindelwald sort au cinéma d’ici quelques jours. Mais avant de vous parler ce dernier, il est temps de faire une petit retour en arrière de deux ans pour se pencher sur le premier opus de cette nouvelle saga qui prend place dans le monde d’Harry Potter, sobrement intitulé Les Animaux Fantastiques. 

Synopsis 

Norbert Dragonneau rentre à peine d’un périple à travers le monde où il a répertorié un bestiaire extraordinaire de créatures fantastiques. Il pense faire une courte halte à New York, mais une série d’événements et de rencontres inattendues risquent de prolonger son séjour. Désormais, le monde de la magie est menacé.

Notre avis

Avant de commencer cette critique, je dois vous avouer quelque chose. Comme je le précisais dans l’introduction, le film est sorti il y a deux ans de cela et si je l’avais critiqué à ce moment-là, je l’aurais tout bonnement assassiné tant j’étais sorti frustré de la salle de cinéma. En effet, étant quelqu’un qui se refait les huit films Harry Potter à chaque noël, Les Animaux Fantastiques ne m’avait absolument pas transporté, car, sans mauvais jeu de mot, il manquait cruellement de magie à mon goût. Cependant, après l’avoir revu pour la première fois ces derniers jours pour les besoins de cet article, je dois avouer que mes propos seront plus nuancés. 

Et je dois même reconnaître ma colère m’avait fait passer à côté de certains points très positifs du film à l’époque, à l’image de la réalisation de David Yates. Le réalisateur qui a également les quatre  derniers Harry Potter à son actif maîtrise remarquablement son sujet. L’image est belle, les actions sont fluides et dynamiques. Une autre chose de positive qui m’a sauté aux yeux lors de ce second visionnage, c’est le traitement des personnages et de leurs relations, surtout en ce qui concerne Norbert (ou Newt dans la langue de Shakespear) et Jacob. Leur amitié naissante est superbe. D’ailleurs, je trouve que placer un « moldu » au cœur de l’histoire est une super idée puisqu’il est un point d’identification parfait pour le spectateur. Enfin, le dernier vrai gros point positif de ce film est évidemment le bestiaire. Les bien nommés Animaux fantastiques sont tous plus beaux les uns que les autres et sont très inventifs esthétiquement parlant. 

Pour commencer, si je reconnais que le casting est plutôt bon dans son ensemble (mention spéciale pour Ezra Miller et Colin Farrell), j’ai un peu de mal avec le jeu d’Eddie Redmayne. Avec ses postures et démarches désarticulées, son sourire gêné et son regard fuyant, on a l’impression de se retrouver devant un enfant en train de se faire gronder par sa maman et je trouve que ça ne colle pas du tout avec le personnage. Ensuite, je trouve que la magie est nettement moins bien exploitée dans ce long métrage que dans la saga Harry Potter. Ici, elle est presque secondaire et se résume plus ou moins à la valise du héros dans laquelle il « range » ses animaux. 
Enfin, il y a clairement un soucis avec le  scénario. Pendant les trois quarts du film, on suit Norbert et ses potes à la chasse aux animaux fantastiques et d’un coup, on se retrouve maladroitement catapulté dans un combat final qui est mal introduit et qui, selon moi, ne sert finalement que d’introduction à la suite. On a l’impression que les scénaristes ont changés de direction durant l’écriture du film et donc, le film donne l’impression d’être un peu bâclé.

Finalement, j’ai beau avoir été un peu dur et avoir eu une très mauvaise première intention sur Les Animaux Fantastiques, on passe quand même un bon moment en le visionnant grâce à ses personnages attachants et à ses somptueuses créatures. Cependant, il faut le prendre comme il est, à savoir le premier film d’une série de cinq. Si on le juge sans prendre les futures suites en considération, alors il ne tient pas du tout la route en grande partie à cause de sa fin vite expédiée. Quoi qu’il en soit, il me tarde de voir la suite, et c’est là le principal.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.