Pourquoi le scandale de Cambridge Analytica ne va rien changer chez Facebook

Cambridge Analytica, c’est un peu le soap opera du moment.Des millions de données d’utilisateurs détournés par une entreprise d’analyse de données. Des scrutins majeurs trafiqués sur les réseaux sociaux. Un jeune milliardaire sur la sellette du Sénat américain. Bref on a droit à un véritable drame qui se déroule sous nos yeux.

Maintenant, décryptons un peu ce qu’il se passe.

Cambridge analytica, manipulateur des masses

Camdbrige Analytica est une agence de communication stratégique. Elle propose à ses clients des solutions en analysant les tendances sur internet. Enfin ça c’est sur le papier. Le véritable métier de cette compagnie est plus proche de la propagande de masse.

En effet, ce Big Brother 2.0 utilisait les données Facebook de millions d’utilisateurs pour les influencer. C’est par le biais de l’application “My Digital Life” qu’elle siphonnait l’ensemble des informations d’un membre (aussi bien les publications que les messages privés). Elle pouvait ainsi connaître aisément, ses positions sur la politique, la religion, l’économie… Il leur suffisait d’afficher aux bons profils des publicités ciblées ou des fausses informations pour faire pencher la balance.

Il suffit de voir l’impact de l’agence sur la campagne de Donald Trump ! Sans elle, on peut douter que l’homonyme du canard le plus colérique de Disney soit à la tête de la Maison Blanche.

Facebook responsable mais pas coupable

 

scandale facebook cambridge analytics
L’image a circulée à tout va sur internet, elle en est même devenu un thème

Mark Zuckerberg a dû se présenter face à un collège de sénateurs pour répondre à ce scandale. Car oui, Facebook a une énorme part de responsabilité dans cette histoire. Le fait d’avoir été incapable de protéger ces informations d’un tel syphonnage est une énorme faute. Facebook aurait dû se rendre de cela et réagir immédiatement. C’est un premier point.

Mais le réseau social est-il réellement coupable ? A mon sens non. Le coupable est Camdbrige Analytica qui a totalement biaisé d’important scrutins démocratiques via ces manipulations. Mais Facebook doit trinquer car l’entreprise propose un business model qui déplaît trop à l’opinion publique.

Pacte avec les diables numériques

Est-ce que nos informations personnelles nous appartiennent réellement ? Il est honnêtement difficile de répondre à l’affirmative.

Nous passons notre vie numérique à utiliser des services gratuits. Nous ne payons par pour avoir une adresse mail. Facebook, Twitter, Instagram ne demande pas d’abonnements payants. Nous parlons à Siri ou Google Assistant pour lui poser des questions. Tous ces superbes outils sont à notre disposition sans aucune contrepartie. Du moins c’est ce que l’on pense…

A partir du moment où nous utilisons ces ressources, nous signons un accord tacite pour une libre exploitation de données que nous produisons par ces entreprises. Vu que nous ne payons rien, elles se doivent de trouver un moyen de financer ces services. Le principal métier de Facebook, Google ou Twitter est de vendre de la publicité. Et c’est là que nos données entre en jeu. Facebook nous connaît presque mieux que quiconque, ce qui lui facilite la tâche pour nous vendre des conneries !

Mark Zuckerberg va faire évoluer Facebook suite à ce scandale, pour éviter un nouveau Camdbrige Analytica. Mais je pense sincèrement que son fonctionnement, lui, restera inchangé. La raison est simple et passe par une simple question : Seriez-vous réellement prêt à payer tous ces services pour protéger vos données ?

Cet article a été écrit par Clément. Il est le fondateur du site Nerd à la Fin et il reviendra nous voir régulièrement pour nous apporter ses éclairages. N’hésitez pas à aller visiter son site, dont nous sommes partenaires.

Résumé
Pourquoi le scandale de Cambridge Analytica ne va rien changer chez Facebook
Titre
Pourquoi le scandale de Cambridge Analytica ne va rien changer chez Facebook
Description
Cambridge Analytica, c’est un peu le soap opera du moment.Des millions de données d’utilisateurs détournés par une entreprise d’analyse de données. Des scrutins majeurs trafiqués sur les réseaux sociaux. Un jeune milliardaire sur la sellette du Sénat américain. Bref on a droit à un véritable drame qui se déroule sous nos yeux.
Rédacteur
Pour
Le Geek Moderne

Laurent

Musicien, passionné de jeux vidéo et de cinéma fantastique.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.