Test de Spider-Man : Amazing ou pas ?

Aujourd’hui nous nous retrouvons pour tester Spider-Man sur PS4. Sera-t-il la première pierre d’un Marvel Interactive Universe ? Réponse…

Synopsis :

Peter Parker, alias Spider-Man, est au top de sa carrière de super-héros. Mais il doit désormais affronter les Démons Intérieurs qui envahissent New-York. Martin Li, l’homme qui est à leur tête, devient donc le super-vilain à abattre. Comme si cela ne suffisait pas, Peter doit faire face à un problème inédit dans sa vie personnelle : tante May travaille pour le F.E.A.S.T, la société qui sert de couverture aux Démons Intérieurs.

Information

Ce test a été réalisé sur PS4 Pro, tout comme la vidéo de gameplay réalisée par mes soins.

Spider-Man en vadrouille

Ce Spider-Man, réalisé par Insomniac Games pour le compte de Marvel Games, nous épargne le côté « origin story » et nous place directement aux commandes d’un Spider-Man déjà fort de huit années d’expérience sous le masque. On retrouve en revanche tout les personnages-clé de son univers : Tante May, Mary-Jane, Norman Osborn, J. Jonah Jameson, etc… Le scénario bénéficie d’une bonne écriture, et les personnages sont extrêmement fidèles à ce qu’ils sont dans les comics. A noter toutefois un léger retard à l’allumage. Rien de grave car, ensuite, tout s’accélère pour finir en apothéose. L’une des choses à savoir est que, comme Marvel Studios le fait pour les bandes-annonces de ses films, Insomniac a usé des siennes pour nous envoyer sur quelques « fausses » pistes, de sorte que, aux moments clés, le jeu réserve quelques surprises, voire même une belle prise de position !

Une version française spectaculaire

En toute franchise, c’est la meilleure version française qu’il m’ait été donnée d’entendre dans un jeu vidéo depuis des années ! Jessica Monceau interprète une Mary-Jane Watson absolument parfaite, Eilias Changuel est parfait pour Miles Morales et Emmanuelle Bondeville joue une Tante May très touchante. Mais, bien sûr, le tout est survolé par l’immense travail de Donald Reignoux. Grâce à sa connaissance du personnage (qu’il a déjà interprété plusieurs fois), il donne une âme à ce Spider-Man ! Et très rapidement, il nous fait entrer avec lui sous le masque du Tisseur, rendant hommage à Chuck Norris aussi bien qu’à Julien Lepers alors que l’on se balance à 350 mètres entre l’Empire State Building et la tour Oscorp… A travers Donald, c’est toute la distribution qu’il faut saluer, y compris ceux que je n’ai pas cités pour ne pas vous spoiler sur les personnages, ainsi que celui de la personne chargée de l’adaptation des dialogues !

Et le gameplay ? Bordel

La prise en main de Spider-Man est exellente, mais nécessite un peu de pratique car la liste des possibilités est très grande. D’autant que l’arbre de compétences, les tenues, les gadgets et les différentes améliorations apportent encore plus de profondeur à cette liste ! Cela a surtout pour but de permettre à chaque joueur de trouver son style, et aussi de pouvoir faire face à de nombreux types d’ennemis. Entre les brutes qu’il faut avoir en rusant, les hommes armés, et  j’en passe et des meilleurs, il n’y a pas de quoi s’ennuyer. En revanche, vous verrez que les combats de boss ne sont pas très compliqués à partir du moment où vous maitriserez Spider-Man. Les déplacements sont extrêmement simples : au sol Spidey utilise une forme de Parkour, bien que ultra simplifiée par rapport à un Assassin’s Creed, et en l’air on se balance à l’aide de la touche R2. De quoi parcourir Manhattan rapidement.

L’île qui ne dors jamais

Contrairement à ce que l’on pouvait penser, ce n’est pas l’intégralité de New-York qui a été modélisée, mais uniquement l’île de Manhattan. En soi, ce n’est pas forcément un problème car le terrain de jeu est très vaste tout de même ! Les missions sont relativement variées, et faire toutes les quêtes annexes vous apporteras des jetons qui vous permettront de customiser vos tenues et vos gadgets. A noter que certaines de ces missions commencent à introduire au moins l’un des personnages qui seront développés dans les dlc…

Le jour de la marmotte

Tel cet animal au sommeil proverbial, le seul défaut de ce jeu est que les développeurs n’ont pas réinventés la roue. On sent clairement l’influence de plusieurs jeux. Essentiellement celle de la série des Batman Arkham, au niveau de la progression scénaristique ainsi que au niveau du système de combat, et celle des premiers Assassin’s Creed, avec la map qui ne se dévoile qu’en activant des antennes semblables aux tours. On aurait donc aimé un peu plus de neuf, mais, soyons clair, ce que Spider-Man fait, il le fait aussi bien que ses glorieux aînés donc pas de raison de le bouder pour ça.

En conclusion

Ce Spider-Man, exclusif à la PS4, est un excellent jeu, et surtout il augure du meilleur pour la suite. Pourquoi je dis ça ? D’une part,ceux qui ont finit le jeu savent que cet opus « appelle » une suite. Déjà, les trois premiers DLC permettront de découvrir de nouveaux personnages. Ensuite, dès l’annonce du jeu par Playstation les développeurs ont affirmés qu’il serait le premier d’une saga. Enfin, on sent que le jeu pose des bases solides mais qui se doivent d’être développées avec plus d’ambitions dans un prochain opus. Le multiples références au MCU, aux séries Netflix et la présence écrasante de la tour des Avengers sont de potentiels indices / pistes. En attendant, je retourne m’entraîner aux backflips arrières au sommet d’Oscorp…

Verdict : EXCELLENT !

Shin

Passionné de jeux vidéo japonais, fan de j-rpg et Nintendo sexuel !!! J'aime aussi le MCU, le DCCU (oui, j'assume), les comics et les mangas. Il m'arrive aussi de lire des livres sans images. Je n'ai pas ma langue dans la poche, je suis toujours sincère à dire ce que je pense.

Une pensée sur “Test de Spider-Man : Amazing ou pas ?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.