Test Xenoblade Chronicle 2 : platiné, que vaut-il ?

Xenoblade Chronicle 2 est sortie en exclusivité sur Nintendo Switch le 30 novembre 2017, une bonne façon de finir en beauté l’année de lancement de la nouvelle console de Nintendo. Pour ceux qui l’ignoreraient, il s’agit d’un j-rpg (suite spirituelle des épisodes Wii et Wii U ?) créé par Monolith Soft et qui demandera un gros investissement pour en voir le bout.

 

 

[youtube https://www.youtube.com/watch?v=UQgReqGapFM]

 

 

Ndlr : Le test a été effectué en prenant en compte les dernières mises à jour en dates et effacent une énorme partie des points négatifs présents à sa sortie qui alourdissaient le jeu dans son ensemble.

 

L’histoire

L’aventure se déroule sur Alrest, un monde envahi par une mer de nuage sur laquelle  vivent des titans gigantesques qui se déplacent autour d’un arbre immense, l’Elysium.

Sur ces titans vivent toute sorte de créatures dont les Humains et autres Nopons, ainsi que les Lames, êtres vivants presque immortelles utilisées comme armes, créées à partir de cristaux cœurs et liées jusqu’à la mort avec la personne qui les libères. Ce sont les Pilotes.

Nous rencontrerons Rex, un jeune orphelin qui vit sur le dos d’un petit titan et qui gagne sa vie en récupérant des vieilleries perdues dans la mer de nuage. Il sera très rapidement engagé dans une mission de récupération qui lui fera rencontrer Pyra, une lame unique et différente des autres aussi appelée l’Aegis. Rex deviendra son pilote et lui promettra de l’amener jusqu’à l’Elysium, ce qui marquera le début d’une aventure grandiose, pleine de rencontres avec des personnages alliés et ennemis et très charismatiques et d’événements qui marqueront à jamais le monde d’Elysium et nos héros.

Le cœur du jeu, les combats

Dans Xenoblade Chronicle 2 comme dans tout Rpg, le cœur du jeu réside dans son système de combat. Et s’ils ne sont pas suffisamment intéressant, très vite on peut baisser les bras. Heureusement, les combats de Xenoblade Chronicle 2 sont excellents une fois que l’on maitrise toutes les subtilités.

 Ici, le système reprend les bases des deux premiers épisodes. Les personnages effectuent des auto-attaques de bases, nous aurons à gérer leurs placements autour des ennemis ainsi les arts  qui ont chacun des effets spéciaux. Si au début, les combats sont plutôt basiques, longs et même répétitifs, très vite des tonnes de subtilités viennent s’ajouter, rendant les combats toujours plus intéressants, techniques et explosifs.

Les combats se déroulent dans une boucle à suivre. Enchaîner les auto-attaques permet d’augmenter la jauge des arts plus ou moins vite. Et utiliser les arts augmente la jauge de l’attaque spéciale, avec 3 niveaux de puissance. A partir de là, deux possibilités :

-Soit on effectue un enchaînement d’arts spécifique et dans un ordre précis afin de faire tomber du loot en plein combat et d’infliger de gros dommages,

-Soit on utilise les arts pour pouvoir lancer les attaques spéciales élémentaires de nos lames. Le but étant d’enchaîner les attaques de niveau 1, 2 et 3 avant la fin du compte à rebours, ce qui aura pour effet de lancer une attaque ultime, infligeant d’immense dégâts et créant une orbe élémentaire tournant autour de l’ennemis. L’idéal sera de créer entre 4 et 7 orbes élémentaires différentes car une fois la jauge d’affinité chargée au maximum, nous pourront lancer un enchaînement d’attaques spéciales où le but sera de détruire les orbes avec les attaques élémentaires opposées, faisant grimper une dernière jauge qui une fois complète, lance une ultime attaque surpuissante.

 

L’idéal sera donc de varier entre les deux types d’enchaînement afin de maximiser les dégâts et le loot reçu.

Ça explique aussi pourquoi les monstres sont des sacs à PV, car avec moins de vie, il serait impossible de mettre en place tous les combos et enchaînements possibles qui permettent à la fin d’infliger parfois plusieurs millions de points de dégâts.

 

Les enchaînements permettent d’infliger plusieurs millions de points de dégâts.

Ces ajouts successifs sont distillés au travers de très nombreux tutoriel, que ce soit pour complexifier les combats mais aussi pour l’exploration. C’est d’ailleurs un des gros défauts du jeu, vu la quantité de tutos qui nous stopperons très/trop souvent lors des 6 premiers chapitres et l’impossibilité de les revoir.

C’est très bordélique au début et il faut vraiment s’accrocher, mais la persévérance sera vite récompensée.

Le reste du gameplay

Un exemple de sociogramme

Pendant l’exploration, nous rencontrerons très souvent des coffres ou des zones demandant des compétences de terrain spéciales à différents niveaux dévolutions afin d’être débloquées. Il nous faudra développer le sociogramme de compétences de nos lames en effectuant différentes actions comme augmenter l’affinité entre le pilote et elle, tuer un certain type d’ennemi ou encore effectuer des missions annexes spéciales. En plus des compétences de terrain, il y en a aussi qui augmente l’attaque, la défense ou le soin reçu.

KOS-MOS, une lame d’attaque, clin d’œil à Xenosaga

Les lames qui sont le point central du jeu possèdent chacune un des 3 rôles possible parmi l’attaquant, le tank et le soigneur, changeant les statistiques du pilote. Les lames possèdent aussi chacune un type d’armes et un élément unique, modifiant la vitesse des auto-attaques et les arts disponibles pour le pilote.

Mais parmi toutes les lames de bases que l’on récupérera, il existe une quarantaine de lames spéciales, possédant parfois des armes uniques et une attaque spéciale de niveaux 4 avec une très belle mise en scène. Ces lames, dont le design a été effectué par de très nombreuses personnalités connues pour avoir travaillé sur des jeux vidéo comme Persona 5, Baten Kaitos ou Shin Megami Tensei : Nine sont doublées par des acteurs et actrices eux aussi très connus du milieu. Elles possèdent des missions annexes qui leurs sont propres et faisant parties des meilleurs missions du jeu.

Il y a encore plein d’autres subtilités que je vous laisserais découvrir par vous-même.

 

Tout n’est pas parfait

Si le jeu dans son ensemble est plutôt beau, certain pourront critiquer l’aliasing très prononcé et les rares baisses de fps, le jeu tournant à 30 fps. Le tout étant encore plus prononcé en mode portable où la résolution adaptative fait le yoyo sur notre écran, sans jamais atteindre les 720p, là où elle restait stable en mode doc.

 

De plus, certaines lourdeurs de gameplay se font ressentir dès qu’il s’agit d’entrer dans les menus ou les cartes du jeu. On a droit à un empilement de menus et sous-menus qui rendent le tout très peu homogène. Heureusement qu’ils restent très beaux dans leur ensemble, même sil ils n’atteignent pas le magnifique des menus d’un Persona 5.

Le design des héros et des lames risquent aussi d’en rebuter plus d’un, très shonen et totalement assumés, tous les clichés sont présents. Le très jeune adolescent qui se voit embarqué dans une aventure aux proportions épiques avec une fin du monde en font (comme dans pratiquement tous les j-rpg), des jeunes filles (lames ou non) très sexualisées dans leurs dégaines, des sous-entendus, blagues potaches ou autres poses légèrement suggestives auront fini de repousser ceux qui se choquent facilement ou qui n’ont jamais adhéré au style.

 

Verdict

Xenoblade Chronicle 2 est un j-rpg extrêmement généreux et velu, complet qui vous tiendra en haleine plus de 80 heures pour votre premier run. Le new game + qui a été ajouté avec les dernières mise à jours ajoute de nouvelles lames à recruter et la possibilité de refaire tout le jeu sans avoir besoin de revoir le trop plein de tutos tout en gardant une grosse partie de notre inventaire (lames comprises).

Si l’on aime les rpg en général, les quelques défauts ne doivent pas empêcher les joueurs de se plonger dans cette aventure grandiose avec une histoire bien plus profonde qu’on ne pourrait le croire au début.

 

INDISPENSABLE (pour les fans de rpg)

RECOMMANDE (pour les autres)

Résumé
Test Xenoblade Chronicle 2 : platiné, que vaut-il ?
Titre
Test Xenoblade Chronicle 2 : platiné, que vaut-il ?
Description
Xenoblade Chronicle 2 est sortie en exclusivité sur Nintendo Switch le 30 novembre 2017, une bonne façon de finir en beauté l'année de lancement de la nouvelle console de Nintendo. Pour ceux qui l'ignoreraient, il s'agit d'un j-rpg (suite spirituelle des épisodes Wii et Wii U ?) créé par Monolith Soft et qui demandera un gros investissement pour en voir le bout.
Rédacteur
Pour
Le geek moderne

Shin

Passionné de jeux vidéo japonais, fan de j-rpg et Nintendo sexuel !!! J'aime aussi le MCU, le DCCU (oui, j'assume), les comics et les mangas. Il m'arrive aussi de lire des livres sans images. Je n'ai pas ma langue dans la poche, je suis toujours sincère à dire ce que je pense.

Une pensée sur “Test Xenoblade Chronicle 2 : platiné, que vaut-il ?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.