Tolkien, mon amour

Voici le premier d’une série de 10 articles sur J. R. R. Tolkien et son œuvre. Aujourd’hui, je reviens, en quelques mots, sur la naissance de mon amour pour ce grand auteur.

Il était une fois…

Évidemment, il faut remonter à l’enfance. Nous avons toutes et tous connus une période durant laquelle nos parents, grands-parents ou autres nous lisaient des contes de fées. Qui n’a pas connu une lecture des contes des frères Grimm ou de Hans Christian Andersen ? Pour ce qui me concerne, j’ai eut la chance d’avoir une grand-mère qui, pendant des années, a travaillée dans le domaine de l’édition. Et, après avoir épuisé le répertoire des contes traditionnels, elle m’a fait découvrir un livre pour enfants : Roverandom. Pour ceux qui ne connaîtraient pas cet ouvrage, il raconte l’histoire d’un chiot, Rover, qu’un sorcier transforme en jouet et le renomme, au passage, Roverandom.

Tolkien et le merveilleux

Le texte de Roverandom date de 1925, date à laquelle la rédaction du Hobbit avait à peine commencée, mais sa parution date de 1936 et est donc postérieure à celle des aventures de Bilbo. Et cela a son importance car Roverandom est donc la première incursion de Tolkien dans le domaine du merveilleux. Mais, surtout, il porte déjà en germes ce qui fait le style Tolkien : plusieurs niveaux de lecture, une musicalité de la langue bien retransmise par la traduction, de la mythologie, etc… Les connaisseurs verront aussi très rapidement avec des œuvres postérieures de Tolkien ! Mais ce qui m’a surtout marqué, c’est d’avoir la sensation d’entrer dans un univers au sein duquel mon imaginaire d’enfant se retrouve à la fois exalté et enrichi par celui de l’auteur. La suite logique : j’ai insisté auprès de ma grand-mère pour découvrir d’autres livres de Tolkien. Et le suivant fût Le Hobbit, mais c’est une autre histoire, que je vous raconterais une autre fois…

Laurent

Musicien, passionné de jeux vidéo et de cinéma fantastique.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.