Concrete Genie : la magie est-elle au bout du pinceau ?

Aujourd’hui, nous accueillons sur le site une nouvelle plume : Diane ! Et pour sa première contribution, elle nous livre ses impressions sur Concrete Genie !

Concrete Genie a été annoncé à l’E3 2017 et a tout de suite divisé les joueurs : d’un côté les enthousiastes, de l’autre, les plus sceptiques. Je dois reconnaître que j’étais quelque peu intriguée à la découverte des images de ce jeu réalisé par le petit studio Pixelopus et édité par Sony. Il est donc disponible uniquement en exclusivité sur PS4, avec des fonctionnalités accessible à tout possesseur du PSVR. J’ai pu le tester lors de la PGW 2018 et mon ressenti était… mitigé !

Mon test a été réalisé sur une PS4 première génération, et je ne suis pas équipée du PSVR, je ne vais donc pouvoir te donner de ressenti sur cette même version. Je tiens à remercier Playstation France pour m’avoir mis à disposition une clé du jeu me permettant de te proposer ici mes impressions.

Disponible depuis le 9 octobre dernier, le discret Concrete Genie est sorti dans les rayons de nos boutiques de jeux vidéo préférées mais aussi sur le PS Store pour ceux qui préfèrent le dématérialisé.

Voici mon retour sur mon expérience vidéoludique qui n’engage que mon ressenti personnel 😉

Nous sommes dans Denka, un paisible village de pêcheurs où le calme règne. Nous faisons rapidement la connaissance de Ash, adolescent solitaire qui a comme passe-temps le dessin sur son carnet. Ce qu’il aime par-dessus tout ? Dessiner des génies, qui sont le fruit de son imagination. Une activité paisible et calme, comme notre protagoniste. A ceci près que ce dernier est chahuté par une bande de garnements qui vient le harceler continuellement pour le critiquer sur ses œuvres qui ne sont pas de leur goût, jusqu’au jour où, lors d’une violente bagarre, le carnet se retrouve pillé et les pages se dispersent dans les airs, et les monstres qui n’étaient jusqu’alors que couchés sur le papier, se mettent à prendre vie et c’est ainsi que débute notre aventure.

Le jeune héros de Concrete Genie

Le jeu consiste à redonner vie au village, terni par un événement tragique survenu quelques temps plus tôt. Les couleurs sombres témoignent de la tristesse ambiante dans ce même lieu et notre objectif est de redonner de la lumière et des couleurs aux rues et différents lieux qui composent cette même bourgade.

L'ambiance visuelle de Concrete Genie est excellente

Pour cela, Ash dispose d’un pinceau magique, au bout duquel il peut dessiner différents motifs, et donner vie à 3 types de monstres, chacun ayant des compétences spécifiques : rouge pour le feu, jaune pour l’électricité et bleu pour le vent, chacun étant débloqué selon notre avancée dans le jeu. Pour redonner de la vitalité et la luminosité requise dans le village, tu devras dessiner des motifs prédéfinis avec ta manette, celle-ci étant exploitée au maximum avec la détection de mouvement, mais aussi la provenance de sons depuis le pad central. Une carte t’indique les zones à explorer, ainsi que les différents items à collecter.

L'interface de Concrete Genie

D’une durée de vie oscillant entre 10 et 15 heures (selon ton souhait ou non de tout collecter, et aussi de ta dextérité dans l’expérience), ce jeu émerveillera notre âme d’enfant. Cependant, le jeu reste, à mon avis, destiné à un jeune public, de par la répétition des manipulations à effectuer, et la présence d’indices et astuces facilitant l’expérience (je jouais en niveau normal).

Concrete Genie est enchanteur

Ce jeu est une réelle ode à la poésie et au rêve et les échanges avec Luna, notre alliée dans ce jeu, rendent cette sensation omniprésente. On se laisse rapidement captiver par l’histoire. A l’issue de cette aventure, nous sommes amenés à libérer les enfants qui nous tourmentaient jusque-là, avec un dénouement des plus surprenants !

Je ne vais pas tout te dévoiler sur le jeu, pour te laisser un peu de surprise…

Ce que j’ai apprécié dans le jeu :

  • Une ambiance musicale très immersive
  • Le côté création (bien que limitée) offerte dans le jeu
  • Une narration bien conçue

Ce que j’ai moins aimé :

  • La gestion de la caméra est parfois hasardeuse et peut nous dérouter
  • Une durée de vie assez courte
  • La répétition des combinaisons de touches qui peut en lasser plus d’un

Verdict : jeu recommandé !


Notre amie Diane possède son propre blog, Les carnets d’Enaid, et sera en interview très bientôt ici-même !

Laurent

Musicien, passionné de jeux vidéo et de cinéma fantastique.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.